Les avancées dans les domaines de sorgho et millet font de grands progrès en Afrique de l'Est, grâce au Centre d'Innovation d'Afrique de l'Est pour millet et sorgho (CIFMS) basé à l'Institut national de recherche sur les ressources semi-arides (NaSARRI) en Ouganda.

Les progrès du centre ont été présentés lors de la réunion d'examen annuelle de NaSARRI, qui a accueilli des partenaires d'Ouganda et d'ailleurs dans le but de partager les progrès des activités prévues, les leçons apprises, les défis et la voie à suivre pour atteindre au mieux les objectifs du projet. La réunion de deux jours qui s'est tenue en juillet 2022 comprenait des présentations, des visites sur le terrain et la présentation de produits à valeur ajoutée.

La réunion a été une révélation de ce qui a été fait et de ce qui ne l'a pas été, et de la manière dont la recherche va se développer, ainsi que des défis et des opportunités pour la réalisation des projets.

Le directeur de l'Institut national de recherche sur les ressources semi-arides, le Dr Michael Ugen, a souhaité la bienvenue à tous les invités, y compris les représentants des instituts partenaires qui se sont réunis pour avoir un objectif commun pour le projet.

Le Dr Ambrose Agona, directeur général de l'Organisation nationale de recherche agricole (NARO), a officiellement ouvert la réunion et a rappelé l'importance de sorgho et millet cultures dans les moyens de subsistance des populations de la région semi-aride d'Afrique de l'Est et au-delà. Avec le soutien du Center of Innovation Lab, millet et sorgho passeront à la vitesse supérieure en termes de consommation par les agriculteurs et les autres acteurs de la chaîne de valeur. Il est également nécessaire d'utiliser des technologies améliorées dans la recherche, comme les technologies moléculaires, pour accélérer amélioration des cultures.

"Notre travail collectif est très important pour les Ougandais en raison de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, associée à des niveaux élevés de pauvreté et à la rareté des ressources en eau, à la dégradation des sols et à l'inégalité des sexes dans les régions semi-arides d'Afrique de l'Est", a déclaré Scovia Adikini, chercheur principal du CIFMS. Le Centre offre un cadre pour les programmes nationaux de sélection afin de tirer parti des ressources, de renforcer les synergies et d'exploiter les opportunités pour accélérer le développement, la diffusion, la promotion et l'adoption de variétés qui répondent aux besoins des femmes et des hommes, a ajouté Adikini.

La présentation sur fixation des priorités et les thèmes transversaux par le Dr Losira et Mme Sophia a mis en évidence l'enquête prévue qui identifie les caractéristiques variétales et les traits préférés par les hommes et les femmes, le rôle du genre le long des chaînes de valeur, et les opportunités de marché pour les aliments, les aliments pour le bétail et d'autres utilisations finales et pour répondre à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle couplée à un indice de pauvreté élevé et à l'inégalité des sexes. Il est nécessaire de mener des recherches scientifiques pour soutenir les femmes, les jeunes et les communautés pauvres en ressources, afin qu'ils puissent avoir la possibilité de passer d'une agriculture de subsistance à des revenus accrus, à la résilience et à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, selon les chercheurs.

Le Dr Tusiime a fait part de certains des défis institutionnels auxquels les chercheurs sont confrontés, notamment la raréfaction du financement, la mise en réseau où de multiples partenaires évoluent à des rythmes différents, les différents environnements politiques dans les institutions partenaires et l'infrastructure inadéquate des technologies de l'information et des communications dans certaines institutions. Cependant, malgré ces défis, le CIFMS donne la priorité à la création du site capacité institutionnelle et a conseillé que la mise en œuvre des systèmes de suivi des performances soit basée sur les objectifs du Centre.

Le Dr Eric a souligné la nécessité de rassembler les esprits pour améliorer le site cultures par le biais de sélection végétale. La coopération entre les pays pour faciliter la circulation du germoplasme et l'amélioration des installations disponibles sont deux moyens possibles de renforcer les capacités, selon le Dr Eric.

Le Dr Damaris a encouragé la poursuite de la collaboration en soulignant la possibilité d'exploiter le grand potentiel génétique du germoplasme millet avec les SNRA et les centres de GC en Ouganda.

Le deuxième jour de la réunion annuelle a été couronné par une visite sur le terrain des activités de sélection en cours, notamment les essais sur le site sorgho et millet amélioration des cultures , ainsi qu'une exposition de produits à valeur ajoutée.

cultures Les participants présents représentaient les organismes suivants : l'Organisation de recherche sur l'agriculture et l'élevage du Kenya (KALRO), l'Institut de recherche agricole de Tanzanie (TARI), l'Institut international de recherche sur les zones tropicales semi-arides (ICRISAT), l'Université de Makerere, les Laboratoires nationaux de recherche agricole (NARL) et la Plateforme intégrée de sélection (IBP).

Cet article a été rédigé par Robinah Nakabaggwe, associée en communication au NaSARRI.